Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag.. Contact: hkernane@yahoo.fr


Économie en équilibre instable

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 27 Mars 2015, 07:36am

Catégories : #Économie Tunisie

Béji Gaid Essebsi, Le président tunisien
Béji Gaid Essebsi, Le président tunisien

Paru dans Arabies, mars 2015

Avec climat politique plus calme après la finalisation du processus démocratique, le défi de la Tunisie d’aujourd’hui est de réussir sa transition économique et sociale.

Après plusieurs semaines de négociations, Habib Essid, le nouveau chef de l’exécutif de la deuxième république a présenté le 4 février dernier les membres du gouvernement, composé de 27 ministres et 17 secrétaires d’État.

La formation issue des partis Nidaa Tounes, des ultralibéraux de Afek Tounes et le parti islamiste Ennahda. Aussitôt nommés, les membres du gouvernement doivent relever des défis majeurs pour relancer la machine économique du pays.

Selon de nombreux observateurs, le gouvernement doit faire face à de nombreux défis socio économiques, dont le développement des régions et l’assainissement de l’économie nationale.

Le déséquilibre du développement socio économique entre les régions a en effet représenté l’une des revendications majeures des Tunisiens lors des soulèvements populaires qui ont secoué le pays depuis trois ans.

Ahmed El Karem, président du directoire d’Amen Bank, a indiqué lors d’une conférence avec les étudiants de Leaders University que des dossiers brulants sont dans l’attente d’être traités. « L’économie tunisienne doit lutter contre la pauvreté et l’exclusion, faire face à une baisse de la croissance économique et lutter contre la hausse du chômage » a t-il expliqué.

En effet, la lutte contre le chômage, notamment des jeunes diplômés - plus de 30 % sont concernés -, les inégalités dans le développement régional et la révision des investissements sont de véritables challenges pour le nouveau gouvernement. Les représentant de divers courant politiques plaident pour des mesures urgentes orientées vers les régions les plus pauvres afin de permettre la création de nouvelles opportunités pour l’emploi, notamment en faveur des femmes qui sont les touchées par le chômage et la pauvreté.

Une politique d’équité sociale et la mise en œuvre des services publics plus efficaces dans les régions les moins loties en matière de développement représentent en effet un des grands défis économique et social de l’actuel gouvernement.

Subventions. « Le gouvernement doit s’orienter vers l’intérieur et créer des synergies autour des projets porteurs » a souligné Ahmed el - Karem.

Enfin, la réforme de la caisse de subvention, mise en route par l’ancienne équipe gouvernementale de Mehdi Jomaa, sera maintenue. Cette réforme prévoit, entre autres, d’accorder les subventions des produits de première nécessité à ceux qui en ont besoin.

Le pays doit procéder aussi à quelques réformes pour promouvoir la compétitivité de l’économie. L’amélioration de l’environnement des affaires, notamment à travers la valorisation des facteurs principaux de la production comme l’optimisation du facteur humain par la formation et l’expertise, la facilitation de l’accès au financement en réformant le système financier et la promotion de l’entreprenariat.

Afin de mieux booster l’économie nationale, les économistes plaident pour la mise en œuvre d’une réforme qui encouragerait le secteur privé et de limiterait le rôle dominant du secteur public.

La participation de l’État dans les capitaux - y compris dans les établissements financiers comme les banques - et l’influence des pouvoirs publics dans la gouvernance des entreprises publiques, sont remises en cause par de nombreux économistes. « L’entreprise privée peut jouer un rôle de premier plan dans la sortie de crise à travers l’investissement et la contribution de la création de richesse » a déclaré Ahmed el Akram.

Il est aussi important de signaler que la Tunisie, pays porteur d’espoir pour les autres pays arabes dans la tourmente, dispose aussi d’une situation financière délicate. Le déficit budgétaire est évalué à 5,5 %.

Négociations. Pour réaliser son programme économique, le pays devrait bénéficier des emprunts des marchés et organismes internationaux comme la Banque Mondiale et Fonds monétaire International. Des négociations ont d’ailleurs été engagées avec des investisseurs étrangers dans diverses villes occidentales comme New York, Munich, Londres et Paris par le Mehdi Jomaa, chef du gouvernement sortant.

Béji Gaid Essebsi œuvre à renforcer la coopération régionale dans divers domaines. Quelques semaines après son élection, le président a effectué sa première visite officielle en Algérie. Notons que les deux pays entretiennent des relations bilatérales étroites, notamment dans coopération économique et sécuritaire.

Depuis quelques années, ce partenariat régional est en phase de renforcement, notamment à travers la signature de nouveaux accords pour la promotion des investissements dans les régions frontalières. L’objectif d’une telle initiative est de promouvoir les programmes communs afin de contrer la précarité des populations vivant dans les zones frontalières et aussi lutter efficacement contre les méfaits de la contrebande.

Notons que les projets de partenariat, qui concerneront diverses filières comme l’agriculture, l’industrie et le tourisme, vont permettre de consolider les liens entre les pays et mettre en œuvre une solidarité active pour assurer un développement mutuel, aussi bien sur le plan économique que social . « C’est un partenariat exceptionnel ne se limitant pas uniquement à l’octroi d’aides algériennes à la Tunisie mais qui impliquerait d’importants investissements dans différents domaines intéressant les deux pays », a affirmé Alia Allani, politologue à Algérie presse service ( APS).

Pour dynamiser les échanges et faire fructifier les partenariats, les deux pays ont comme objectif la mise en place d’une zone de libre échange dont le processus a été entamé en 2008 et un accord ratifié en 2010.

Exonération. En 2013, la liste des produits - dont agroalimentaires - concernés par l’exonération des droits de douanes et ceux bénéficiant d’une réduction de 40% des taxes a été publiée par l’Algérie.

Notons que depuis mars 2014, un accord commercial préférentiel est rentré en vigueur entre les deux pays. Pour rappel, l’Algérie est le premier partenaire commercial de Tunisie au niveau du monde arabe et de Afrique. Les échanges sont évalués à 1,7 milliards de dollars en 2013, soit une hausse de 19 % par rapport à 2012. Il est important de signaler que le flux touristique des Algériens vers la Tunisie – près de deux millions /an – représente une aubaine pour la relance du secteur touristique, un secteur stratégique dans l’économie du pays.

Cette coopération économique qui a tendance à se réchauffer entre les deux pays permettra incontestablement le renforcement de la construction régionale sur la base des échanges et de la complémentarité.

Tourisme, une activité essentielle pour la relance économique du pays.

Tourisme, une activité essentielle pour la relance économique du pays.

Commenter cet article

sysintellects 29/10/2016 17:53

Thank you for sharing information. I like it

recreation.tips 29/10/2016 09:38

Humans and cats have lived as companions for many centuries. They’ve been the subject of poems, movies, and poems. It’s clear why this is; cats believe they feel that they’re in charge.

rent a yacht in maimi 28/10/2016 13:21

This revolution, the information revoultion, is a revolution of free energy as well, but of another kind: free intellectual energy. It's very crude today, yet our Macintosh computer takes less power than a 100-watt bulb to run it and it can save you hours a day. What will it be able to do ten or 20 years from now, or 50 years from now?

conveyance fee 05/10/2016 12:12

I love your blog, I recommend to all people who love this kind of post to visit this site, I recommend it.

conveyance quotes 04/10/2016 14:27

I needed to much obliged in your time for this sublime read!! I decidedly getting a charge out of every tad bit of it and I have you bookmarked to look at new stuff you weblog post ..

toys and games 20/09/2016 08:13

have read many blogs in the net but have never come across such a well written blog. Good work keep it up

e-learning platform 17/09/2016 19:18

Excellent .. Amazing .. I’ll bookmark your blog and take the feeds also…I’m happy to find so many useful info here in the post, we need work out more techniques in this regard, thanks for sharing.

contract lifecycle management 28/07/2016 18:37

The is a path to determine info, blames, or instincts, airy usually introduces an portion about a settle. This tenet composition innate envisions the books’ environss rolling as they contemplate her energy.

poolüberdachung 19/07/2016 07:37

Later you compare involving mingle jobs, you could potentially rapport these aged thesis writers.

postings.com 18/05/2016 13:08

but learn that alot of people ought to stay on essay to try and add worth in the direction of the authentic weblog release.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents