Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag.. Contact: hkernane@yahoo.fr


Hocine Ait Ahmed, un homme engagé

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 1 Février 2016, 12:25pm

Catégories : #Portraits

Paru dans Arabies, février 2016

Hocine ait Ahmed, figure historique et artisan de la révolution algérienne, s’est éteint le 23 décembre dernier à Lausanne, en Suisse à l’âge de 89 ans.

Son itinéraire politique est riche et fascinant. Né le 20 aout 1926, dans une famille de notables kabyles, le résistant a rejoint très jeune le rang du parti du peuple algérien de Messali Hadj.

Hocine ait Ahmed est un des fils de la Toussaint – avec Ahmed Ben Bella, Hocine Aït Ahmed, Mohamed Khider et Larbi Ben M’hidi, Mohammed Boudiaf, Rabah Bitat, Krim Belkacem, Didouche Mourad et Mostefa Ben Boulaïd. Neuf jeunes algériens initiateurs du déclenchement de l’insurrection de la guerre de libération nationale, le 1er novembre 1954.

Après l’indépendance, le chef charismatique de l’opposition a crée le Front des forces socialistes, le 29 septembre 1963. Arrêté en 1964, il s’exile pendant de nombreuses années jusqu'à son amnistie en 1989.

Toute sa vie, l’homme politique s’est engagé dans la défense de la démocratie, des droits de l’Homme, de l’égalité des femmes avec les hommes et pour la justice sociale.

« Hocine Aït Ahmed était une personnalité éminente, homme de principes et grand humaniste, profondément dévoué à son pays, auquel il a consacré sa vie » lit –on dans le message de condoléances du président français François Hollande adressé au président algérien Abdelaziz Bouteflika suite à son décès.

« Devoir de militant ». De son côté, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a déclaré : « Hocine ait Ahmed a accompli avec abnégation et dévouement son devoir de militant et de moudjahid »,

Pour lui rendre un vibrant hommage, des personnalités politiques comme Saïd Saadi, Mouloud Hamrouche, Ali Benflis et de nombreux militants se sont rassemblés au siège du parti Front des Forces Socialistes à Alger, où une veillée mortuaire a été organisée. Un deuil de huit jours a aussi été décrété par le président algérien.

Une marée humaine a aussi assisté aux obsèques du leader historique du FFS le 1er janvier 2016. Des hommes et des femmes, des quatre coins du pays, continuent d’affluer vers Ain el Hammam – dans la wilaya de Tizi Ouzou-, à 160 km du sud ouest d’Alger, le village natal de « D’ha l’Hocine », comme l’appellent affectueusement et respectueusement ses compatriotes, pour se recueillir sur la tombe.

Ce défenseur passionné de la démocratie et justice sociale a défendu le choix démocratique du peuple, fondé sur la légitimité constitutionnelle, des élections libres et le pluralisme politique.

« Toute sa vie, il a fait don de sa personne pour le peuple algérien et pour l’Algérie pour un combat aussi noble de que celui des droits de l’Homme, l’égalité des sexes, de la souveraineté, de la pleine citoyenneté », a déclaré à Radio France International (RFI) Ali Benflis, ancien premier ministre et ancien candidat à la présidentielle.

Partisan convaincu du multiculturalisme, Hocine Ait Ahmed est aussi un fervent défenseur du pluralisme linguistique et culturel de la région du Maghreb et de l’Algérie en particulier. Dévoué aux traditions et aux civilisations multiples de son pays, il assumait et défendait cette richesse, y compris la langue et culture de l’ancien colonisateur.

« Il a été un grand maitre, il a tiré sa révérence, mais il a laissé un testament : « continuez ce que j’ai commencé à faire, luttez, n’ayez pas peur, continuez » (…), respecter ce testament, c’est continuer le combat pour les libertés, pour une Algérie démocratique, une Algérie sociale », a conclu Ali Benflis.

Hocine ait Ahmed a été et restera une icône et un héros national. Son souvenir est ancré dans la mémoire des Algériens, qui ont manifesté l’envie de continuer à perpétrer son héritage et son combat social et politique.

Hocine Ait Ahmed

Hocine Ait Ahmed

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents