Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag, Le courrier de l'Atlas... Contact: hkernane@yahoo.fr


Samir Sobh, un homme de terrain

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 1 Juillet 2016, 12:03pm

Catégories : #Culture - Communication et Médias

Samir Sobh, économiste et journaliste

Samir Sobh, économiste et journaliste

Paru dans Arabies, juillet 2016

Journaliste et économiste, Samir Sobh, ancien rédacteur en chef adjoint d’Arabies nous a quittés. Spécialiste en économie et politique du monde arabe, il a été un proche collaborateur de Yasser Hawari, fondateur du magazine en 1987. « Samir Sobh était l’homme de confiance et un proche collaborateur du défunt Yasser Hawari, fondateur du magazine Arabies », nous confie Kamal Tarabey, rédacteur en chef de la radio Monté Carlo Doualiya.

« Le chroniquer économiste était chargé de la rédaction des articles, des analyses économiques sur l’actualité du monde arabe y compris les pays du Maghreb. Il connaissait de nombreux chefs d’Etats et des décideurs économiques du monde arabe », souligne son ami et confrère. 

Depuis 2010, Samir était aussi consultant économique sur les ondes de la radio RMC Doualiya, il animait l’émission quotidienne « majala iktissadiya ». Il a aussi collaboré avec de nombreux magazines dont «  dafatir el chark »  et « el Hayat » ainsi que de nombreuses interventions dans des chaines de télévisions arabes et françaises.

Né à Beyrouth en 1946, Samir Sobh était titulaire d’un doctorat en économie de l’université Saint Joseph de Beyrouth. Avant de s’investir dans le journalisme, il a mené des actions dans le militantisme nationaliste dans son pays natal. Entre 1975 et 1980, années de guerre civile au Liban, il était militant de la cause de la laïcité et du nationalisme arabe. Samir Sobh est aussi Co fondateur du mouvement politique national Mourabitoune, une coalition des partis politiques libanais des partis de gauche et dont l’idéologie politique et les idéaux sont proches de ceux du leader de la cause arabe, l’ancien président égyptien Djamel Abdnasser. « Samir Sobh était une des figures emblématiques du nationalisme au Liban », explique Kamal Tabarey.

Samir Sobh a quitté le Liban et la politique lorsque son pays a sombré dans la guerre civile. « Adepte de justice, de laïcité et de démocratie, Samir a abandonné le militantisme lorsqu’il a constaté que les idéaux de la laïcité et la démocratie sont tombé dans le confessionnalisme », affirme son ami. Durant sa carrière professionnelle, dans les milieux de la politique et du journalisme, Samir Sobh a rencontré de nombreux leaders politiques du monde arabe comme Kamal Djoumblat, Mohsen Ibrahim, Salim el Hos, Rafik Harriri ( Liban), Beji caïd Essebsi ( Tunisie), Abderahim Bouabid ( Maroc) e Mohamed Hossein Haibel ( Egypte).

« Je garde de Samir le souvenir d’un homme optimiste. Sa fine connaissance, tant économique que politique, lui permettait de bien évaluer les rapports de forces et changements géopolitiques. Persuasif et déterminé, il savait convaincre et faire passer son opinion », confie Julien Hawary, éditeur d’Arabies.

Selon les témoignages de nombreux confrères, Samir, un homme d’un tempérament modeste, n’aimait pas parler de lui, et ne se mettait pas au devant de la scène. Il est parti sur la pointe des pieds rejoindre celle qui a partagé sa vie durant quatre décennies, son épouse. 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents