Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag, Le courrier de l'Atlas... Contact: hkernane@yahoo.fr


Un programme d'envergue

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 14 Mars 2018, 16:53pm

Catégories : #Interviews

Akli Brihi P-DG Schneider Algérie

Akli Brihi P-DG Schneider Algérie

Paru dans Arabies, mars 2018

 

Akli Brihi P-DG Schneider Algérie

 

Expert dans le secteur de l’énergie auprès de groupes internationaux, Akli Brihi, président de Schneider Algérie, nous livre son expérience dans la direction des projets nationaux.  

 

Pouvez- vous nous parler de votre parcours professionnel dans le secteur de l’Energie ?

 

Après une expérience de dix-sept ans dans le secteur de l’énergie au sein du groupe British Pétroluim, au titre de P-DG de PB en Algérie, une période durant laquelle, le groupe a développé diverses activités dans l’industrie gazière notamment concernant l’exportation du gaz algérien, j’ai intégré par le groupe Général Electric pour une durée de quatre ans, une période durant laquelle nous avons réalisé de nombreux projets notamment le programme de la station d’Ain Amenas dans le Sud algérien.

 

Grâce à une joint - venture entre le groupe algérien Sonelgaz et Général Electric, nous avons réalisé un des plus beaux investissements technologiques dans le domaine de l’industrie du gaz, une unité de production de Turbines à gaz dans la région d’Ain Yagout, dans la wilaya de Batna.

 

Depuis un plus de trois ans, vous avez rejoint le groupe Scheinder Electrics, lequel est présent en Algérie depuis plus de cinquante ans…

 

J’ai en effet rejoint le groupe Schneider Electric depuis un plus de trois ans. Spécialisé dans l’industrie électrique, le groupe est actif dans le secteur de la distribution électrique, dans la réalisation de projets clés en mains, notamment dans la distribution et la réalisation de stations électriques et des postes de transformation.

 

Nous sommes spécialistes de la gestion et l’automatisme de l’énergie, et nous intervenons dans tous les secteurs d’activités dans lesquelles la production et la distribution de l’énergie électrique sont nécessaires l’exercice des activités.

 

Nous travaillons en étroite collaboration avec le groupe Sonelgaz et des installateurs publics et privés. Depuis une décennie, nous avons réalisés une centaine de postes de livraison. Nos activités suivent la courbe de croissance de l’économie algérienne, cependant, depuis deux ans, et à la suite à la baisse des revenus des hydrocarbures, certains projets ont été reportés.

 

Nous avons réalisé et installé des équipements électromécaniques dans les tunnels comme celui de Lakhdaria (ex Palestro) ainsi que le tunnel autoroutier de la ville de l’Est algérien, Constantine. La réalisation des équipements électromécaniques importants ouvrages d’arts, dont nous sommes fiers, car ils ont été effectués par une équipe algérienne de Schneider Electric, la seule équipe qui dispose d’une réelle expertise et capable de réaliser des programmes de telle envergure sur le marché local.

 

En quoi consiste le travail commun avec le groupe Sonalgaz ?

 

Schneider réalise des projets clés en mains et intervient aussi dans la production industrielle. Nous fabriquons des cellules électriques moyennes tensions que nous installons sur les sites de distribution électrique. Nous intervenons essentiellement dans l’équipement des réseaux de distribution de l’électricité du groupe Sonelgaz, lesquels sont de fabrication 100 % algérienne.

 

Quelles sont vos principales interventions sur le marché ? 

 

Schneider Electric Algérie intervient dans tous les secteurs d’activités qui ont besoin d’être fournis en énergie électrique comme les secteurs de la sante, de l’Armée, de l’industrie du gaz, du bâtiment et des travaux publics ; et toutes les entreprises qui ont besoin d’être fournies en énergie électrique.  Considéré comme un des leaders sur le marché, nous intervenons donc dans tous les secteurs d’activités, dans les institutions et établissements publics et privés.

 

Dans la filière de moyenne tension, nécessaire à la production industrielle, nous sommes leader sur le marché algérien. Plus concrètement, cette activité consiste dans la distribution de l’énergie électrique produite par les centrales de production, via par des postes de transformation aux postes de consommation finale.  

 

Un des projets phares de l’année 2017 réalisé par Schneider Algérie consiste dans l’équipement électrique de l’usine de production Volkswagen de la société Sovac, récemment installée dans la wilaya de Rélizane, une ville de l’Ouest algérien. Nous pouvons aussi citer les établissements hôteliers de luxe comme le Sheraton, qui ont été équipés par Scheider Algérie. En un mot, nous intervenons dans l’équipement électriques de toutes structures comme les bâtiments, les bases militaires, les bases de vie, les hôtels et les usines.

 

Nous sommes fournisseur d’équipements et prestataires de solutions d’engineering. Nous sommes chargés de la conception de projets et de solutions en matière d’efficacité en énergie électrique pour toutes infrastructures confondues, et y intégrant la solution de l’efficacité énergétique à nos clients. Notre travail consiste dans la conception, l’exécution des travaux, l’exploitation et la maintenance des programmes retenus.

 

Nos équipements – les cellules électriques de moyennes tensions - sont assemblés dans notre unité de production à Chéraga. Je tiens à préciser que certains composants de nos équipements sont fabriqués localement. Plus concrètement, la pièce maitresse, les disjoncteurs électriques, conçus et fabriqués par le groupe Schneider, sont assemblés aux autres composants des cellules électriques et testées dans notre unité de production par nos équipes locales.

 

Qu’en est –il des projets dans la production, l’optimisation et l’efficacité énergétique  sur le marche algérien ? 

 

L’Algérie investit massivement dans la production de l’énergie, les capacités de production vont doubler dans les cinq prochaines années. De 15 000 mégawatts de production à 30 000 d’ici à 2021. Des projets de construction de centrales électriques de grandes capacités sont en cours de production. Ces investissements sont nécessaires car les besoins en énergies sont importants y compris auprès des particuliers. L’équipement en climatiseurs par exemple est en progression, ce qui explique l’augmentation de la consommation de l’énergie électrique auprès des consommateurs particuliers et professionnels. 

 

La question de l’efficacité énergétique est primordiale, car il est important de trouver le moyen de réduire la consommation, du moins la rendre plus efficace. Il est important d’expliquer aux consommateurs la question de la rationalisation de l’utilisation de l’énergie. Le prix de l’énergie, fortement subventionné, n’incite pas les consommateurs à réduire la consommation et à pratiquer une rationalisation de l’utilisation de l’énergie, mais plutôt à gaspiller. L’efficacité énergétique est un objectif à atteindre à condition que des mesures soient prises pour permettre que cela soit effectif, notamment celle concernant la pratique d’une tarification qui se rapproche du coût réel de production de l’énergie.

 

Les operateurs économiques sont particulièrement intéressés par les solutions de l’efficacité énergétiques. Les unités de production et les usines, qui consomment beaucoup d’énergie, sont favorables à cette stratégie d’optimisation de la consommation énergétique, mais la part la plus grande de cette consommation revient aux résidentiels, aux bâtiments, qu’ils soient publics ou privés, considérés comme des consommateurs énergivores pour lesquels il n’existe pas encore de solutions de rationalisation de la consommation et de la pratique d’une stratégie permettant l’efficacité énergétique.

 

Quelles sont vos perspectives de développement ?

 

Comme tous opérateurs étrangers présents sur le marché local, Schneider Electrics est bien sur dans l’attente d’une libéralisation plus importante des investissements, car le potentiel du pays est important. Notre groupe est un acteur de bout de chaine dans la filière de l’énergie, nos perspectives de développement dépendent aussi des investissements qui seront consentis dans toutes les filières de l’économie nationale. Nous serons la pour les accompagner et répondre à leurs besoins en matière de solutions en matière d’énergie électrique, notamment dans la production des équipement « made in Algérie ».

 

Pour répondre aux besoins croissants en matière d’équipements électriques, le groupe ouvrira, en 2018,  deux usines de production d’envergure dans la wilaya de Tipaza et une seconde unité, via une joint - venture avec Enie (Entreprise nationale des industries électronique) et le Gica (Groupement industriel des ciments d’Algérie, à Sidi Bel Abbes. Ces usines, qui nécessiteront le recrutement de 400 salariés, seront consacrées à la production d’une large gamme d’équipements électriques de types moyenne et basse tensions. Pour répondre aux besoins de formation, nous allons ouvrir un centre de formation en engineering.    

 

Justement, Schneider Electric Algérie intervient dans la formation et la valorisation du capital humain...

 

Schneider Electric investit massivement dans la formation de nos propres collaborateurs ainsi que celle de nos partenaires distributeurs et installeurs des équipements énergétiques.  Nous disposons d’un institut de formation agrée par l’Etat algérien, dont les cours de formation permettent de faire délivrer des certificats d’habilitation électrique.

 

Nous accordons aux universités des donations en matière d’équipements, afin de permettre aux enseignants de prodiguer des cours pratiques dans la filière de l’électricité. Nous travaillons également avec le ministère de la Formation Professionnelle afin de proposer des formation d’excellence dans la filière de production de l’énergie et de l’électricité comme l’automatisme industrielle.

 

Durant l’année 2018, nous ouvrirons trois filières d’excellence, de types BTS Pro, qui seront destinées aux jeunes défavorisés. Ces futurs techniciens qualifiés auront l’opportunité d’occuper des postes d’emplois dans des métiers sont aussi très demandés par les entreprises du secteur industriel.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents