Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag, Le courrier de l'Atlas... Contact: hkernane@yahoo.fr


Azouaou Mehmel, directeur général de Mobilis ATM

Publié par Hakima Bedouani-Kernane sur 1 Décembre 2011, 14:48pm

Catégories : #Interviews

Interview publiée dans Arabies, Décembre 2011

 Azouaou Mehmel

Filiale d'Algérie Télécom sur le secteur mobile, Mobilis ATM a pénetré les foyers en priviligiant la couverture nationale plutôt q'une rentabilité à court terme. Entretien avec son DG, Azouaou Mehmel 

 

Pourriez-vous nous présenter Mobilis et son positionnement sur le marché de la téléphonie mobile en Algérie ? 

 

Pour commencer, je tien à vous à vous remercier pour l'intérêt que vous nous portez. Mobilis est une filiale de l'entreprise publique Algérie Télécom, dans sa branche téléphonie mobile depuis 2004. Cette dernière est née en 2001 d'une restructuration relative à l'ouverture du secteur des télécommunications à la concurrence. On évolue en fonction de la nature de ce marché émergent qui, à la différence d'autres marchés plus matures, dispose de caractéristiques un peu particulières. En Algérie, la téléphonie mobile est venue pallier la pénétration insuffisante de la téléphonie fixe. Le modèle d'évolution du secteur des télécommunications en Algérie est donc différent des modèles classiques que l'on connait dans les autres pays plus développés. C'est également un marché où prévaut fortement le modèle prépayé, à l'image de ce qu'on voit dans les pays émergeants d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique latine. Au niveau du développement, nous sommes un opérateur public régi par des dispositifs plus stricts que ceux des entreprises privées, qui offre des services citoyens aux abonnés. Nous occupons la deuxième position sur le marché avec près de 10 millions d'abonnés. Il est important de signaler que nos concurrents sont des filiales de groupes internationaux avec lesquels il n'est pas facile de rivaliser. Ces derniers ont un pouvoir de négociations avec les fournisseurs et des rapports privilégiés en termes de relations internationales, notamment en matière de trafic et d'interconnexions. 

 

Cela étant dit, Mobilis a priviligié l'aspect de la couverture du territoire. Nous ne cherchons pas à avoir une rentabilité à court terme. Lorsque nous avons déployé notre réseau, nous n'avons pas ceherché à obtenir une couverture commerciale. Nous avons établi une stratégie qui a permis une couverture étendue de notre réseau, qui couvre les zones les plus reculées du pays.

 

Quelles sont vos perspectives de développement pour les deux prochaines années ? 

 

Comme tout opérateur, nous souhaitons, à moyen terme, renforcer et consolider notre position sur le marché. Nous comptons également nous investir dans le développement de l'activité en nous intéressant aux innovations et en tenant compte, bien évidemment, de la réalité du marché algérien. Il est clair que nous ne pouvons pas intéresser le marché avec les mêmes offres et services qui existent ailleurs. Il faudra adapter l'offre à la demande, comme pour la prédominance du prépayé. En tenant compte de la place qu'occupent les nouvelles technologies de la communication dans la vie quotidienne de tout un chacun, la technologie de la téléphonie mobile devient de plus en plus dominante. Le téléphone mobile n'est pas seulement un appareil téléphonique, il devient également une carte bancaire, un outil de navigation internet, etc... Nous nous préparons à ces alternatives qui ne sont pas encore très développés dans le pays. pour cela, nous misons sur un réseau fiable et de qualité, qui pourra absorber ce surplus de clients et services. Nous avons ainsi lancé des actiosn sur plusieurs axes. A commencer par le développement des infrastructures, qui représentent des investissements lourds en raison de l'étendue de notre territoire. Cet aspect constitue un grand défi pour l'entreprise, notamment pour ce qui est de notre capacité à absorber un nombre important d'utilisateurs, spécialement avec les nouveaux services que nous comptons introduire avec l'avènement prochain du haut débit mobile. Mais l'usage du trafic des données n'est pas le même que le trafic portant sur une simple voix. par conséquent, il est certain que les investissements consentis seront plus importants. il faudrait donc trouver le moyen de satisfaire l'opérateur en termes de rentabilité, mais aussi les utilisaters auxquels nous apporterons une amélioration de leur cadre de vie en facilitant leur quotidien. 

 

Justement, Mobilis est -elle prête à déployer la télephonie mobile troisièeme génération 3G ? 


Concernant le déploiement de la téléphonie mobile troisième génération , nous avons procédé à une expérimentation sur trois réseaux. Le premier a été déployé à Alger, à la fin de 2004, et les deux autres ont suivi en 2005 à Alger et Oran. Au plan technique, nous sommes prêts. Dans la foulée de l'appel d'offres qui a été lancé récemment, nous avons retiré le cahier de charges préliminaires auprès de l'autorité de régulation. Au même titre que les autres opérateurs présents sur le marché. Nous sommes donc engagés dans le processus tel qu'il a été initié. la 3G, nous y allons. 

 

Nous avons lancé un grand peojet de mise à niveau de notre réseau et nous sommes en train de définir notre offre : pour quels clients et quels usages? A mon sens, le segment professionnel n'est pas assez important pour garantir une rentabilité. En Algérie, nous ne disposons pas encore de fourniseurs de contenus. C'est une problématique qu'il nous faut résoudre.... Tout ce que l'on peut offrir pour l'instant, c'est l'accès à Internet. 

 

Qu'en est -il de vos services Racimo et Racidi ? 

Racimo est un service précurseur que nous avons lancé en 2007. Il permet au client Mobilis, prépayé ou post-payé, d'acheter à travers son compte postal courant du crédit pour sa propre ligne ou pour celle d'une autre personne. Mais ce service peu-être étendu, par exemple au peiement des factures et des achats. Nous souhaitons participer à la stimulation de cette démarche qui consiterait à développer le service monétique et le paiement électronique via le mobile. Quant au service Racidi, il a été développé avec Algérie Poste et permet notamment de constater le solde de son compte postal courant. Cela évite les déplacements et les longues attentes au niveau des guichets postaux. Cette offre concerne près de près de 12 millions d'utilisateurs.

 

Quelles sont vos actions de soutien et de sponsoring ? 

 

Nous sommes certes un opérateur public, mais également une entreprise commerciale qui doit faire face à la concurrence. En 2010, nous avons donc commencé par changer notre image. Nous avons ainsi modifié la couleur de notre logo, qui est devenu vert pour faire référence à l'écologie et au développement durable. En outre, c'est une couleur qui se marie parfaitement avec celles de nos concurrents... En ce qui concrene les actions de sponsoring, nous somme engagés dans les domaines de la culture, de l'éducation et du social. De plus, nous sommes également présents sur le terrain du mécénat, où notre dernière action en date concernait l'accompagnement d'une association qui lutte contre la cancer. Notre participation consiste à aider cette association à acquérir le tout premier " mammobile" pour l'Algérie. C'est un appareil mobile qui permet le dépistage du cancer du sein. Enfin, dans le domaine sportif, nous sommes également l'un des partenaires officiels du Comité olympique algérien ( COA). 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents