Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag.. Contact: hkernane@yahoo.fr


La finance islamique peut-elle dynamiser l'économie marocaine?

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 9 Avril 2012, 08:55am

Catégories : #Économie Maroc

 

Publié dans African Banker, Avril/Mai 2012

 

img037.jpg

Le parti pour la Justice et le Développement (PJD) plaide pour l'instauration d'une nouvelle stratégie de développement du secteur bancaire avec l'introduction de la finance islamique au Maroc.

 

Comme Paris et Londres, qui ont adopté des réglementations pour l'intégration de la finance islamique dans leur système bancaire, Rabat s'apprête à faciliter la pratique de la finance islamique. Elle est apparue via des produits alternatifs tels que Mourabaha et Moucharaka, dont le principe est le partage des gains et des pertes entre emprunteur et bénéficiaire. 

Le royaume chérifien dispose d'un d'un système bancaire stable et mûr à l'échelle régionale et pourrait devenir un acteur majeur de la finance islamique. Pour en favoriser l'installation, le gouvernement a décidé de réviser la réglementation. Un projet de loi est en préparation par une commission d'experts sous l'égide de Mohammed Nadjib Boulif, ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Affaires générales et de la gouvernance.  De son côté, Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement, a indiqué que les principes de fonctionnement seraient bientôt introduits dans la loi bancaire 2012. La réglementation concernera trois types d'établissement: la banque islamique, l'institution financière assimilée à une banque financière et les organismes financiers comme les sociétés de portefeuilles, les fonds d'investissements, les sociétés d'investissement et de financement, etc. Les banques traditionnelles pourront elles aussi suivre le mouvement.

 

Une réelle alternative pour relancer l'économie ? 

Selon Belkacem Boutayeb, un expert, le recours à la finance islamique permettrait de relancer l'entreprenuriat. Face au problème des inégalités sociales, les produits islamiques, fondés sur l'équité et le partage, pourraient être plus facilement octroyés à une population démunie afin d'acquérir un logement ou de lancer un projet professionnel. Elle pourrait également aider à drainer l'épargne nationale et attirer les fonds d'investissement islamiques.

Les Qataris de la BIIC ont dores et déjà manifesté leur intérêt à investir dans le royaume à travers la création de deux institutions financières ( une banque et une société d'assurance). Et le groupe Qatar National Bank est sur le point de prendre une prise de participation majoritaire dans l'union marocaine des Banques. 

Les banques islamiques veulent intervenir dans les secteurs délaissés par les banques conventionnelles comme l'immobilier, l'artisanat, l'agriculture et les transports. Attijariwafa bank, via dar Asaafa, une société specialisée dans les produits alternatifs, propose des finacements de projets immobiliers, d'acquisition de véhicules et d'octroi de crédits à la consommation.  D'autre part, la Socité islamique pour le développement du secteur privé (SID), filiale de la Banque islamique de développement, est déjà opérationnelle. Dotée d'un capital de 17 milliards de dirhams, la SID souhaite intervenir dans les entreprises privées des secteurs de l'industrie de transformation ainsi que dans le secteur de l'immobilier sous forme de souscription au capital ou d'octroi d'un financement. Omar Sylla, l'un de ses dirigeants a récemment déclaré que " au nivaeu des PME, nous intervenons avec des montants généralement supérieurs à 5 millions de dollars". S'agirait -il des premiers signes d'un nouveau souffle qui permettrait aux entreprises marocaines de respirer ? 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

occazwine 04/09/2013 11:22


Occazwine, réseau marocain d'achat et de vente d'articles d'occasion.
Retrouvez avec le réseau Occazwine tous les produits d'occasion au meilleur prix.


http://www.occazwine.com

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents