Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag, Le courrier de l'Atlas... Contact: hkernane@yahoo.fr


Le domaine.DZ tarde à décoller

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 2 Avril 2012, 14:12pm

Catégories : #Culture - Communication et Médias

Publié dans Arabies avril 2012

 

Le domaine.dz héberge près de 4000 sites Internet. Malgré les facilités accordées par le gouvernement, notamment l'exonération de la TVA pour la création des sites Web, l'objectif du programme e Algérie, qui vise à atteindre 1 million d'adresses Web d'ici à 2013, ne semble être réalisable. Pour y remédier et booster cette activité, le ministre de la Poste et des Télécommunications, Moussa Bouhamadi, a engagé des discussions avec le Centre de recherche sur l'information scientifique et technique ( CERIST) dont l'objectif principal serait d'améliorer les opérateurs à héberger leurs sites dans le domaine.dz. Le ministre n'a pas manqué de rappeler que les opérateurs algériens préfèrent héberger leurs sites dans des domaines étrangers, comme c'est le cas par exemple pour les organes de presse. D'un autre côté, les opérateurs déplorent le coût élevé de la bande passante ainsi que la lourdeur administrative. En effet, le coût de l'hébergement d'une adresse en .dz coute de 30 000 à 110 000 dinars par an. Les utilisateurs appellent donc les autorités publiques à mettre en place un système qui permettrait l'enregistrement on line et gratuit sur le domaine algérien. Il faut dire que le pays, qui a consenti beaucoup d'efforts dans la mise en ouevre de nombreux projets de cyber-parcs ( Sidi Abdallah dans l'algérois, Oran, Annaba, Ouargla, Sétif, Canstantine et Sidi bel Abbes), n'a pas encore mis en place une stratégie permettant le développement des contenus des sites internet. Le ministère de tutelle compe rattraper son retard dans ce domaine dans les prochaines années. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents