Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag.. Contact: hkernane@yahoo.fr


Le secteur automobile, un enjeu de taille

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 20 Mars 2014, 09:09am

Catégories : #Économie Algérie

Paru dans Arabies, mars 2014

Après une croissance exponentielle au cours de l'année 2012, le marché algérien de l'automobile connait une baisse sensible de ventes depuis mai 2013. 

img162.jpg

L’activité, en phase de stabilisation et de progression, dite normale, ne dispose toutefois pas d’une réglementation et d’une organisation adéquates lui permettant d’éviter les pratiques spéculatives. Les importations de véhicules ont enregistré un recul de près de 7,6% durant les onze premiers mois de l’année 2013, passant de 518.950 unités à 479.670 unités vendus, avec une valeur de 480,478 milliards de DA. Comme à l’accoutumée, les marques françaises se disputent les places de leaders sur le marché.

Pour la première fois depuis sept ans, Peugeot Algérie est arrivé en pole position. En effet, malgré la rude concurrence de sa compatriote Renault (plusieurs années consécutive en pôle position), la marque au lion a pu réaliser une belle performance en 2013. Disposant d’une grande notoriété et de la fidélité des Algériens, Peugeot Algérie a réussi son pari : celui de devenir la marque préférée des consommateurs sur le marché local.

En effet, cette dernière a écoulé près de 74350 voitures en 2013, soit une progression de 15% comparativement à 2012.  En proposant une gamme diversifiée, Peugeot Algérie détient aujourd’hui 17% de part de marché. Son produit phare, la berline 301, lancée en fin 2012, est le modèle le plus vendu avec 23688 unités écoulées en 2013.

Quant à la marque au losange, positionnée à la seconde place, elle a réalisé un total de 74 088 ventes en 2013. Lors d’une conférence de presse organisée à Alger, le directeur général de Renault Algérie, Guillaume Josselin, a indiqué que Renault Algérie est classé deuxième avec moins de 262 ventes que sa compatriote Peugeot.

Les produits de la marque plébiscités par les Algériens sont : Clio 4, la nouvelle Symbol et la Clio campus avec respectivement 19 650, 19 613 et 11 008 véhicules vendus. «Notre bilan est extrêmement positif et nous comptons récupérer notre première place en 2014 précise Guillaume Josselin. Nous consoliderons notre position grâce aux nouveaux modèles qui seront disponibles dans quelques mois».

Nouveaux modèles.  Selon la direction, Renault Algérie compte introduire en 2014 de nouveaux modèles de la Clio Campus, la Mégane version RS, la Clio 4 RS et le nouveau Dacia Duster. Pour rappel, Renault Algérie dispose de 130 sites avec 125 showrooms dont 39 sont réservés à la marque Dacia, 70 ateliers pour la mécanique et 28 ateliers carrosserie.

La marque sud coréenne Hyundai, a enregistré, quant à elle, 33312 ventes contre 54157 unités vendues en 2012, soit un recul de 19%. De son côté, la marque Nippone Toyota - qui domine le marché des utilitaires grâce à son modèle fétiche le Hilux, réputé robuste et fiable vendus à16981unités - a connu aussi un fléchissement de 11,5% et détient 7,4 de part de marché. Souhaitant renforcer sa position sur le segment de véhicules tourisme, Noureddine Hassaim , directeur général de Toyota Algérie, précise : « le marché du véhicule particulier reste notre cible prioritaire dans les années à venir ».

Quant aux marques du groupe Volkswagen, représentées par la société Sovac, elles ont enregistré une très belle performance en 2013. Le volume de ventes a atteint 24 889 ventes, soit une hausse de 25%. Le modèle phare est la citadine Polo avec 14 735 unités vendues. Pour rappel le groupe Sovac détient 7, 2% du marché avec un total de ventes de toutes ses marques confondues : Golf, Skoda, Seat, Audi et Porsche.

CFAO Automotive, filiale du groupe CFAO, leader de la distribution automobile et pharmaceutique en Afrique et dans les DOM-TOM, est également affectée par le recul du marché automobile en raison de la baisse sensible des ventes qui ont chuté de 2,5% durant le premier semestre 2013.

img163.jpg

La loi de Finances 2014 a prévu de nouvelles mesures qui permettront de mieux réguler le secteur. Les nouveaux dispositifs réglementaires obligent les concessionnaires et les importateurs de véhicules de s’investir dans la production industrielle dont les filières sont liées, de façon directe ou indirecte, au secteur de l’automobile, dans un délai de trois ans.

Loi de Finances. En effet, pour encourager l’investissement productif, la loi de Finances, prévoit, entre autres, l’exonération des véhicules et des remorques, fabriqués localement, de la taxe sur les transactions de véhicules neufs. Selon les pouvoirs publics, l’application de ces nouvelles mesures va permettre la création et le développement d’un tissu industriel de sous-traitants, une filière indispensable au développement d’une petite industrie mécanique. Notamment pour satisfaire les besoins de l’usine Renault implantée à Oued Tlélat, à Oran. Cependant, Lachachi Abderrazzak, président de l’Association des concessionnaires algériens de l’automobile (AC2A),  affirme que l’installation « de la prémices d’une industrie automobile dans un laps de temps de trois années c’est aller trop vite en besogne».

De leur côté, les professionnels du secteur sont quasi - unanimes : des textes réglementaires sont nécessaires pour mieux réguler ce secteur d’activité.  «Nous nous attendons à ce que le ministère de l’Industrie établisse les cahiers des charges qui comprendront et clarifieront toutes ces questions abordées par la loi de finances 2014» a indiqué Lachachi dans les colonnes d’un journal algérien. « L’industrie de la carrosserie «est un nouveau métier» pour les concessionnaires, voire une activité complexe», précise le président de l’association.

La demande d’équipement en véhicules va t-elle continuer à fléchir au cours des prochaines années ? Le président de l’association AC2A estime que le volume de ventes devrait se situer aux alentours de 350 00 unités en 2014.

Résultat exceptionnel. De nombreux concessionnaires sont du même avis : le seuil d’un demi million de véhicules vendus en 2013 était exceptionnel. Ces derniers expliquent que ce résultat a été obtenu grâce aux nombreuses augmentations salariales et des primes rétroactives octroyées aux différentes activités de la fonction publique  au courant de 2012. De plus, les Algériens, encouragés par de nouveaux dispositifs mis en place par les pouvoirs publics, favorisant l’acquisition de logements dans le cadre du logement promotionnel aidé, les ménages vont orienter leur épargne dans l’investissement immobilier.

D’un autre côté, les concessionnaires pointent du doigt la spéculation qui déstabilise le marché. En l’absence d’un organisme de régulation, les spéculateurs s’activent librement sur le marché. L’AC2A, qui regroupe une trentaine de concessionnaires, a engagé une réflexion afin de connaître et d’étudier les causes des nombreux dysfonctionnements.

Selon les concessionnaires, la chute des ventes enregistrée en 2013, est due, entre autres, à la spéculation engagée par certains revendeurs de véhicules neufs. Noureddine Hassaim, directeur de Toyota Algérie, estime que le pays doit adopter le système de l’Argus qui permettra de déterminer, avec plus d’exactitude, la politique tarifaire pratiquée sur les différents types de véhicules d’occasion disponibles sur le marché local. « Le marché de l’occasion verse dans la spéculation et tous les modèles de véhicules sont cannibalisés par ces offres, d’autant que certains acquéreurs profitent des remises alléchantes pour les exploiter à des fins purement commerciales » souligne de son côté le président de l’association AC2C.

Les concessionnaires, disposant de stocks importants vont –ils proposer des remises exceptionnelles, lors du salon international de l’automobile (SIAA), qui se tiendra du 11 au 22 mars 2014, dans le but d’écouler leurs disponibilités ? Lors d’une déclaration à Algérie presse service (APS), Abderrezzak Lachachi a expliqué : "Cette situation est difficile, pour les concessionnaires automobiles, qui sont confrontés à une baisse sensible de la demande conjuguée à un niveau des stocks très important, ce qui les a incité ces derniers mois, a multiplié les offres pour attirer les acheteurs, tels que les importantes remises proposées et la livraison immédiate de véhicule ".  Le salon de l’automobile, considéré comme un événement majeur, va incontestablement connaître un des flux des plus importants car, cette année l’enjeu est de taille.

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents