Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag.. Contact: hkernane@yahoo.fr


Mourad OUlmi, P-DG du groupe Sovac

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 20 Mars 2014, 10:52am

Catégories : #Interviews

Parue dans Arabies, mars 2014

Mourad-Oulmi--P-DG-SOVAC--copie-1.jpg

Rencontre avec Mourad Oulmi, président-directeur général du groupe Sovac, qui représente les marques Volkswagen, Audi, Seat, Skoda et Porsche. Mourad Oulmi, CEO Sovac (Volkswagen, Audi, Seat, Skoda, Porsche)

 Quel est le bilan en termes de ventes en 2013 ?

Le marché algérien a beaucoup évolué ces cinq dernières années, période durant laquelle le marché a enregistré une croissance à deux chiffres, voire à trois pour certaines marques. 2012 a été une année exceptionnelle, les ventes ayant atteint plus d’un demi million de véhicules. En 2013, le marché était sur la même tendance puisque l’évolution durant le premier semestre a atteint près de 50%. Cela dit, un renversement de la situation s’est produit au cours du second semestre puisque le marché s’est écroulé. Résultat : sur l’année, le segment de l’automobile a enregistré une baisse moyenne de 6%.

Cependant, cette baisse ne concerne pas tous les concessionnaires puisque Sovac a enregistré une belle évolution. L’entreprise est passée de 11% de parts de marché en 2012 à 14 % en 2013, toutes catégories confondues. Pour les véhicules particuliers, la croissance est passée de10  à 16 %. Les marques européennes ont tiré profit de cette évolution car elles ont réussi soit à se maintenir ou à progresser, contrairement aux autres marques présentes sur le marché.  A ce titre, je tiens à préciser que Sovac Groupe a enregistré la meilleure progression sur le marché puisque nous avons réalisé une croissance de 26% au cours de l’année 2013. Dans ses conditions, on ne peut qu’être très satisfait des résultats obtenus aussi bien en termes de volume de ventes que de chiffre d’affaires.

Quelles sont les perspectives de croissance pour 2014 ?

L’évolution de l’année est souvent analysée en fonction les indicateurs du premier trimestre. En janvier, nous livrons en général les commandes du mois de décembre de l’année écoulée. Nous ne connaitrons l’état et l’évolution du marché qu’à la fin du premier trimestre de l’année en cours. Nous allons tenir compte bien évidemment des résultats que nous enregistrerons lors du prochain salon de l’automobile, un évènement majeur pour tous les concessionnaires, car c’est un véritable indicateur de la tendance évolutive du marché.

Volkswagen

Quelle stratégie comptez vous développer pour atteindre vos objectifs de croissance ?

Représentant exclusif du groupe Volkswagen sur le marché local, nous avons défini et établi notre stratégie avec notre partenaire. Elle est en accord avec celle du groupe Volkswagen, lequel s’est fixé comme objectif d’être leader sur le marché mondial à l’horizon 2018.

Nous allons établir une stratégie nous permettant de devenir leader sur le marché algérien. A la dixième place il ya dix ans, nous occupons aujourd’hui la sixième voire la cinquième positions sur certains segments.

Pour y parvenir, nous avons déterminé dans un premier temps une stratégie à moyen terme - d’ici à 2015 –  pour figurer dans le trio de tête. Nous sommes dans une position évolutive, maitrisée et réaliste. Notre stratégie repose sur les fondamentaux du marketing, considérés comme des outils principaux pour asseoir image de nos produits et leur vente. Ces outils sont les quatre P : produit, prix, promotion et place. Nous avons de bons produits, reconnus mondialement et très appréciés des Algériens. Les études de satisfaction clientèle et d’image, effectuées par le groupe Volkswagen chaque année, font apparaître des résultats plus que satisfaisants, les marques du groupe ayant une image très positive et une grande notoriété sur le marché local.

Concernant la pratique tarifaire, notre volume de vente nous permet de réduire nos coûts, notamment les charges fixes, et en marges. Nous commençons à être très compétitifs en terme de prix puisque il ya quatre ans, la différence de prix entre une Volkswagen Polo ou une Peugeot 207 était située entre 25%et 30%, même chose entre une Seat Ibiza et une Renault Clio. Mais aujourd’hui l’écart ne dépasse pas 10 à 15%.

Pour gagner en parts de marché, nous avons également établi un important budget qui sera consacré à la communication. Nous communiquons sur toutes les marques du groupe, en parfaite synergie. Nous avons la chance de représenter une gamme très diversifiée, d’une grande qualité qui permet au client de varier ses achats. Notre clientèle à fort peut également acquérir notre gamme de luxe Porsche.

Le réseau de distribution représente notre point faible. Présents dans 26 willayas, nous occupons la 5e  place en termes de  représentation. Nous nous engageons donc dans le développement de notre réseau de distribution qui permettra de resserrer notre proximité avec nos clients. Pour assurer une meilleure distribution, nous avons mis en place un plan nous permettant de boucler l’année 2015 avec plus de 40 agents agrées qui intégreront les services pièces de rechanges et réparation au sein des structures.

 Les concessionnaires déplorent une concurrence déloyale qui s’installe sur le marché. Quel est votre sentiment ?

En effet, des pratiques non concurrentielle sont signalées. Mais, la loi de Finances 2014 contient de nouveaux dispositifs qui vont renforcer le contrôle, mettre de l’ordre et assainir l’activité. Je soutiens cette initiative en ma qualité de président de Sovac et membre de l’association des concessionnaires algériens (AC2A). Le gouvernement a pris conscience que le secteur avait besoin d’une meilleure organisation et plus de contrôle, notamment sécuritaire et technique. Ces dispositifs contribueront à anéantir le fléau del’économie informelle.

Qu’en est –il du nouveau dispositif de la loi de Finances 2014 concernant l’investissement  dans la production ?

Le gouvernement algérien veut développer des activités économiques hors hydrocarbures. Les filières visées sont celles des industries en général. Il appelle les constructeurs automobiles à s’investir plus sur le marché de l’automobile. Néanmoins, ces derniers doivent disposer de deux conditions : le marché et un tissu de sous traitants. Or, le réseau de sous-traitances est encore au stade embryonnaire. L’idée est bonne, Renault a lancé son unité d’assemblage, d’autres concessionnaires vont suivre dans les différents segments de l’industrie mécanique comme les filière camions, fourgons et fabrication de moteurs d’engins etc. Je pense qu’il est de notre devoir d’investir une partie de nos bénéfices dans une activité industrielle liée à notre secteur d’activité d’autant plus que le marché de l’automobile pèse plus de sept milliards de doll

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents