Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag, Le courrier de l'Atlas... Contact: hkernane@yahoo.fr


Nouara Djaffer, ministre déléguée, chargée de la famille et de la condition féminine (Algérie)

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 10 Décembre 2010, 08:38am

Catégories : #Interviews

Interview publiée dans Arabies, décembre 2010


 img085.jpg

Noura Djaffer, ministre déléguée, chargée de la famille et de la condition féminine

 

Les pays arabes, comme les autres pays du monde, connaissent des problèmes liés aux changements climatiques et à l'environnement. Quel rôle la femme peut-elle jouer dans la protection de l'environnement ?

 

Ce thème est important pour tous les pays du monde. Les pays arabes ont de grands défis à relever, notamment enc e qui concerne la déserfication et le manque d'eau potable. Le rôle de la femme dans ce domaine est plus qu'essentiel car, dans les traditions des pays arabes, les femmes sont non seulement productrices mais gèrent également la famille. La femme arabe, notamment dans les zones rurales, a développé une relation avec les et dispose d'une expérience non négligeable en tant que cultivatrice. C'est pourquoi nous devrions l'amener à s'intéresser à la protection des produits naturels. ainsi, les problèmes liés à l'environnement se réduiraient de manière conséquente. 

 

La culture de la protection de l'environnement doit être associée également de nouvelles techniques agricoles. il s'agit de former la femme arabe à la maitrise de ces nouveaux outils. Il est impossible de parler de développement de développement durable sans intégrer les hommes et les femmes de façon égale dans la gestion de ce défi. L'éducation et la sensibilisation des enfants à l'hygiène, à la santé, à l'alimentation saine, aux dangers du tabagisme et de la consommation des drogues sont d'une importante capitale pour assurer l'amélioration des conditions de vie de nos concitoyens. l'intégration de ces sujets dans les programmes scolaires est aujourd'hui une priorité. C'est que nous avons réalisé en Algérie. Depusi quelques années, nous avons intégré dans les manuels scolaires des thématiques liées à l'environnement en associant à ces enseignements des exercices pratiques.

 

Quelles sont les actions qui doivent être déployées pour une meilleure prise en charge des problèmes climatiques dans les pays arabes ? 

 

La priorité est la prise en charge de l'analphabétisme des femmes, qui est très répandu  dans le monde arabe. Notre premier objectif est de transmettre le savoir pour les sortir de leur isolement. Alphabétiser, instruire et cultiver, c'est assurer une meilleure qualité de vie. La femme, qui est naturellement proche de la nature, deviendra un meilleur vecteur dans l'éducation des enfants, lesquels deviendront à leur tour des citoyens responsables et sensibilisés aux problèmes environnementaux. 

 

Nous avons également évoqué dans ce congrès l'apport de la recherche scientifique dans la prise en charge de la protection de l'environnement dans nos pays respectifs. Il est clair que les femmess scientifiques, comme les ingénieurs agronomes, ont un rôle primordial à jouer dans la vulgarisation de tous els dangers liés à la destruction de la nature. Cette thématique est certes ancienne, mais sa prise en charge est récente. Les pays arabes disposent de grandes compétences féminines, sur lesquelles il faudra compter et qu'il conviendra d'impliquer davantage pour améliorer la vie quotidienne de la population arabe. En outre, dans nos pays arabes, le rôle de la femme dans le développement de la société est souvent négligé, voire marginalisé. Nous sommes pas encore conscients de son importance. C'est étroitement lié à la démocratisation des sociétés arabes. L'équité, les valeurs citoyennes, les devoirs et les obligations devreient être davantage vulgarisés, enseignés et transmis à tous les citoyens. L'intégration de la femme à tous les secteurs est une vecteur essentiel  au développement socio- économique, politique et culturel de nos sociétés arabes d'aujourd'hui. Les problèmes liés à l'environnement, par leur nouveauté sur la scène des préoccupations gouvernementales, nécessitent plus de travail dans leur prise en charge et leur traitement. des ministères de l'Environnement, des institutions étatiques et des établissments spécialisés dans la protection de l'environnement, des institutions étatiques et des établissements spécialisés dans la protection de l'environnement sont chargées de la mise en oeuvre des plans d'action. Mais les pays arabes manquent de pratique. Nous planifions, mais nous manquons d'applications sur le terrain et d'analyses sérieuses de nos plans d'actions. Ces analyses nous permettraient d'avancer et de définir les manques à combler pour relever d'autres défis.

 

Les médias ont un rôle important à jouer dans ce domaine. Il leur appartient de sensibiliser l'opinion publique aux dangers de la destruction de l'environnement. Nous avons donc le devoir d'établir une stratégie médiatique claire et efficace. Nous devrions diffuser des spots radiophoniques et télévisés, des séries, des films de fiction, des pièces de théâtre dont le thème central tournerait autour de l'environnement. 


 img086.jpg

 

 

Quelle est l'évolution du statut de la femme algérienne ces dernières années ? 

 

Beaucoup de choses ont été réalisées pour améliorer le statut social et personnel de la femme depuis la révision du Code de la famille, en 2005. Dans le pays, nous avons tendance à ne pas communiquer souvent par rapport aux autres pays arabes. Les pays du Maghreb, comme la Tunisie, l'Algérie et le Maroc, ont réalisé de gros progrès dans ce domaine. En Tunisie, par exemple, la polygamie est interdite. LAlgérie, quant à elle, l'a compliquée en imposant des conditions drastiques, mais elle ne l'a pas interdite. Il existe environ 1% de polygames en Algérie. Il devient de plus en plus difficile de remettre en question les textes religieux dans les pays arabes. Le législateur algérien a toutefois fait un effort. En outre, en ce qui concerne l'octroi de la nationalité, notre pays est en avance sur la Tunisie, pourtant considérée comme avant-gardiste dans le domainede l'égalité des sexes. La législation algérienne accorde aux enfants et à l'époux étranger d'une Algérienne le droit à la nationalité. la révision du code de la famille, en 2005, a apporté également quelques bouleversements dans le statut de la famme algérienne, notamment pour ce qui a trait à la garde des enfants, qui est réservé à la mère, ainsi qu'au bénéfice du logement conjugal.

 

Au plan socio-économique, nous sommes le seul pays arabe à compter un pourcentage très significatif de femmes actives dans certains secteurs stratégiques tels la fonction de juge. 38,75% de ces magistrats sont des femmes. Nous avons une présidente du Conseil d'État, ainsi que des procureurs de la République. Dans le domaine de la justice, toutes branches confondues, elles sont 62%. Les secteurs de la santé et de l'éducation sont également très féminisés.  En revanche, malgré toutes ces réaalisationsnotables, beaucoup de choses restent à faire pour établir une égalité parfaite et consolider ainsi la position de la femme dans le secteur économique, l'emploi et l'alphabétisation.  Mais, l'Algérie à s'investit pour éradiquer l'analphabétisme des femmes à l'horizon 2015. En 2016, elles devraient toutes être alphabétisées dans le pays. Ce programme connait un engouement sans précedent auprès des femmes au foyer. Entre 2005 et 2010, grâce à la mise en place d'une stratégie d'acction, plus de 200 000 d'entre elles ont été alphabétisées. Dans un autre registre, le pays a mis en place un plan d'action contre la violence faite aux femmes. C'est un travail transversal qui s'effectue entre les différents ministères. L'Observatoire de l'emploi féminin, crée dans la plus grande entreprise algérienne qu'est Sonatrach, reflète cette volonté politique d'associer la femme au monde économique et de l'intégrer dans les postes de direction.

 

En ce qui concerne la représentation féminine en politique - notamment au Parlement-, la situation ne réflète pas la réalité sociale. Il a fallu une décision du chef de l'État, qui a noméé des représentantes à l'Assemblée nationale. Au moment de l'indépendance, elles étaient 5% à occuper un siège à l'Assemblée contre 8% en 2010. Et cette évolution doit beaucoup à la révision de la Constitution par le chef de l'État. L'article 31 bis stipule désormais cette volonté de faire évoluer la participation de la femme algérienne dans les instances des élus ( communes, wilayas et parlement). Le chef de l'État, qui a le pouvoir de désigner un tiers des élus, a noméé huit femmes au Conseil de la Nation. Toujours dans le somaine politique, Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, a récolté près d'un million de voix lors des élections présidentielle. aujourd'hui, elle dirige un groupe parlementaire. 

 

Toutes ces évolutions sociales, économiques et politiques concernant la position des femmes ne traduisent-elles pas une revanche sur la terreur vécue par les Algériennes lors de la décennie noire ? 

 

Le combat qu'a mené la femme algérienne contre le terrorisme est exemplaire. C'est dans un isolement quasi total que l'Algérie a fait face à ce phénomène destructeur. Le rôle de la femme algérienne contre le terrorisme est considérable. la femme algérienne est restée debout. Elle s'est dotée d'une forceinexplicable face aux souffrances, à la destruction, au sang et à la mort. La mort n'a pas empêché les enseigantes, les médecins, les employées dans tous les secteurs de vaquer à leurs occupations quotidiennes, aussi bien dans les villes que dans les zones rurales. Pour conclure, je suis fière d'appartenir à cette société et j'espère pouvoir représenter toutes ces femmes comme elles le méritent. Depuis les évènements tragiques qu'a connu le pays, le femme algérienne a décidé de tourner la page vers un avenir meilleur. 


 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents