Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag.. Contact: hkernane@yahoo.fr


Pierre Vierendeel, directeur Général Hyundai Motor Algérie

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 21 Mars 2014, 09:17am

Catégories : #Interviews

Paru dans Arabies, mars 2014

Dossier-2-0012.JPG

 

Pierre Vierendeel, directeur Général Hyundai Motor Algérie

Pierre Vierendeel, directeur général de Hyundai Motor Algérie, a une expérience de plus 25 ans au sein des groupes Volkswagen, Toyota et Yamaha Motors.

Quel est l’état du marché automobile en Algérie ?

Malgré le léger recul enregistré au second semestre 2013, ce marché se porte bien. Sa croissance a doublé entre 2010 et 2012, le volume de vente est passé de 200 000 à 400 000 unités. En ce qui concerne Hyundai Algérie, nous avons commencé l’année avec une bonne nouvelle puisque malgré la chute des ventes de plus de 30% au cours du mois de janvier 2014, notre entreprise a été positionnée à la première place.

Hyundai Algérie a enregistré une chute importante des ventes en 2013. Pour quelle raison ?

En effet, et cette baisse des ventes en 2013est due au manque de disponibilités et du vieillissement de la gamme. Nous avons perdu 19% de parts de marché. Pour y remédier, nous souhaitons redorer notre image de marque car cette dernière n’est pas perçue de la même manière que dans les autres pays. Hyundai est une marque généraliste qui dispose d’une large gamme de produits. Nous proposons d’autres modèles que les produits d’entrée de gamme. Dès cette année, nous allons élargir le panel, tout en continuant à vendre les modèles d’entrée de gamme comme Atos, Accent et la I 10. Accent, notre modèle phare, est vendu à un très bon prix de moins d’un million de dinars. Concernant le marché en général, je pense que les perspectives de croissance moyenne sont de 400 000 unités par an.

Quelle est votre stratégie de développement pour les prochaines années ?

Elle est axée sur le gain de parts de marché. Hyundai Algérie compte regagner le trio de tête. Ainsi, nous allons accentuer notre communication afin de faire connaître nos produits, comme  les modèles Sanira, la Santra et la I 40 sur le marché local. Nous comptons organiser des campagnes dans les médias classiques et nous participerons aussi à certains évènements, notamment culturels, à travers le sponsoring pour assoir la notoriété de notre marque. 

img164.jpg

Le marché manque de régulation, ce qui engendre l’émergence des pratiques spéculatives qui portent préjudice aux activités des concessionnaires ? Quel est votre avis sur cet aspect ?

Je trouve scandaleux que des importateurs livrent des véhicules à des opportunistes, qui n’investissent pas sur les services après vente et qui spéculant sur la rareté des produits et les revendent plus cher sur le marché parallèle. Pour assainir le marché, il faudra commencer par ne plus livrer les véhicules à des concessionnaires qui ne garantissent pas les trois activités : commercialisation, service après vente et pièces détachés. Pour permettre l’installation d’une activité organisée, le concessionnaire doit remplir également certaines obligations comme la construction de structures qui correspondent aux standards internationaux de la marque automobiles qu’il représente. Cela dit, je pense que cette activité parallèle est appelée à disparaître d’elle même car les spéculateurs ont agi ainsi dans une période durant laquelle la demande était plus forte que l’offre. Or, aujourd’hui, le marché est en phase de stabilisation et les stocks sont suffisamment importants pour satisfaire la demande. Au le plan purement économique, cette activité parallèle disparaîtra assez rapidement.

Dans le cadre de la loi de finance 2014, l’État algérien a accordé un délai de trois ans aux concessionnaires pour s’investir dans la production. Qu’en pensez-vous ?

Le gouvernement algérien, qui a injecté des moyens financiers importants pour augmenter le pouvoir d’achat de la population, s’est rendu compte que cet argent n’a pas été utilisé pour produire, mais pour acheter les produits importés plus particulièrement les véhicules. Je peux comprendre qu’il  prenne ces mesures qui consistent à faire impliquer les concessionnaires dans l’investissement productif. Hyundai Algérie a la chance de faire partie du groupe industriel privé Cévital, qui a des capacités de pouvoir investir dans la production. Cela dit, il est nécessaire de faire le point sur les possibilités du marché, notamment en matière de sous –traitance. Car, la valeur ajoutée pour le pays serait que des pièces nécessaires à l’assemblage des véhicules (pare brises, sièges, phares etc.) soient produites sur le marché local.

Quelles sont les perspectives d’évolution de Hyundai Algérie ?

Hyundai Algérie is back. Il ya quatre mois, je ne me doutais pas que l’entreprise allait récupérer la première place. Un mouvement est amorcé même si cela nous ne permettra pas de rester en première position à la fin de l’année. Je reste prudent et je dirai qu’il ne faudra deux ou trois ans pour stabiliser notre positionnement. Cévital Corporate University a été crée pour permettre au groupe de renforcer son capital humain. Hyundai Algérie a mis en œuvre une stratégie lui permettant d’améliorer le service après vente, fortement négligé depuis de nombreuses années au sein de l’entreprise.  

Quelles sont les nouveautés pour 2014 ?

Nous avons constaté que le segment B (le segment de la Clio, Seat Ibiza, Polo etc.), qui représente 35% du marché algérien, soit près de 130 000 véhicules, est un segment dans lequel Hyundai n’est pas présente. En 2014, et à l’occasion du prochain salon de l’automobile, nous allons présenter notre modèle I 20 pour la première fois sur le marché local. En termes de communication, nous allons renouer avec la presse et les journalistes.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sabrina 09/09/2014 14:07

bonjour Mr nous somme une agence de voyage à Marrakech au Maroc je vous pris de bien vouloir nous transmettre votre adresse e mail merci

Hakima Bedouani Kernane 10/09/2014 21:08

Bonsoir mon adresse email est sur le blog
Hkernane@yahoo.fr

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents