Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag, Le courrier de l'Atlas... Contact: hkernane@yahoo.fr


Salma Abdel Jabar, ministre de la condition féminine ( Libye)

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 8 Décembre 2010, 08:40am

Catégories : #Interviews

Interview publiée dans Arabies, décembre 2010

 

img083.jpgSalma Abdel Jabar, ministre libyenne de la Condition féminine

 

Quelles sont vos impressions concernant les résultats du troisième Congrès de la femme arabe ? 

 

Avec pour thème " la femme arabe, un partenaire essentiel du processus de développement durable", ce troisième congrès de l'Organisation de la femme arabe ( OFA) a mis l'accent sur la nécessité d'élaborer des plans d'actions qu'il faut obligatoirement appliquer. Des dipositions qui devraient être prises en compte pour permettre à la femme arabe d'évoluer vers un statut de membre actif dans la société. Les objectifs que nous devons atteindre concernent particulièrement la promotion d'une participation intense et active des femmes dans l'édification d'une société moderne et développée. Pour y parvenir, nous devons dépasser le stade de la réflexion et engager des actions concrètes en fonction des recommandations des spécialistes et chercheurs. 

 

Les femmes arabes sont capables d'intervenir dans beaucoup de domaines, notamment les secteurs de l'éducation et de la culture, du social et même de la politique. Et cela vaut pour tous les uatres milieux économiques. Notre rôle est d'amener ces femmes à être plus dynamiques et plus offensives dans tous les pays arabes, des plus modernistes aux plus conservateurs. 

 

Quelle est la position de la femme libyenne ? Quels sont les principaux acquis de la promotion de son statut dans le pays? 

 

Ces dernières années, la femme libyenne aobtenu une meilleure place dans la société.  elle a acquis des posistions moins marginales grâce à une volonté politique contenue dans le livre vert de notre président Mouammar Khadafi. Nous nous appuyons dans notre évolution sur les fondements de notre société et de notre religion. en libye, la femme est plus confiante, mais elle doit encore se libérer des contraintes sociales qui entravent son émancipation. Actuellement, elle occupe des postes -clés, notamment dans la direction des institutions de l'État. Elle a également marqué de sa présence les différents secteurs de la vie socio-économique. La femme libyenne est tout aussi active dans le milieu universitaire et la recherche scientifique. Elle excelle dans les diverses branches comme la justice, la magistrature, l'éducation et la santé. autant de positions stratégiques qui étaient, autrefois, réservées aux hommes. 

 

Aussi, je tiens à remercier l'Organisation de la femme arabe, qui a intégré dans le programme de son 3 Congrès le thème du rôle de la jeunesse dans la promotion des droits de la femme. Cette idée de débattre autour de la jeunesse est intéressante à plus d'un titre, car elle permettra de faire évoluer les mentalités vers le positif. Nous devons faire participer les jeunes aux programmes de promotion de la femme arabe. Ainsi, ils approfondiront leurs connaissances sur les questions ayant trait à la femme et à sa contribution dans la construction de la société de demain. la jeune génération arabe, femmes et hommes, est la pierre angulaire de l'édification de nos sociétés futures. 

 

Un tel débat doit se généraliser dans toutes les institutions éducatives : les écoles, les instituts, les établissements de formation professionnelle et les universités. Les valeurs doivent être transmises afin d'assurer une pérrinité dans l'élaboration d'une société arabe plus moderniste et plus ouverte sur l'éxtérieur.

 

En tant que femme et ministre de la Condition féminine, êtes-vous optimiste sur l'évolution du statut de la femme arabe?

 

Je suis résolument optimiste! Deux raisons essentielles me le permettent. la première concerne cette volont tenace de la femme arabe de relever le défi de la modernité, malgré les nombreuses contraintes et les grandes difficultés qu'elle rencontre sur le terrain. Ses freins sont généralement liés à l'hostilité des mentalités. mais je suis persuadée qu'elle est capable de se réaliser socialement, économiquement et politiquement. le chemin est encore long, mais c'est possible. la seconde raison conccerne l'intensité des actions menées sous différentes formes pour faire évoluer le statut de la femme arabe. mais les conclusions de ces travauxdevraient intégrer des plans d'actions à mettre en pratique. Les femmes doievent s'investir davantage dans la vie économique, notamment en occupant des postes de direction qui leur permettraient d'avoir plus d'influence dans la société. 

 

La prise en charge par l'Organisation de la femme arabe de certaines préoccupations stratégiques comme la sécurité des femmes, le développement durable et le dialogue avec les jeunesest, à mons ens, plus que nécessaire. 

 

Quelle position la femme libyenne occupe -t-elle dans le domaine politique ? 

 

Elle affiche une présence notable dans le milieu politique. Elle est présente dans les congrès populaires, où les lois sont discutées et votées. dès 18 ans, l'âge de la majorité, chaque citoyenne est libre d'adhérer à un parti politique et de se présenter aux élections. Elle est d'ailleurs présente en force dans les institutions de l'État. cependant, nous avons besoin de nous investir avec plus d'ardeur et nous débarasser de certianes pratiques négatives comme le poids des mentalités, la mauvaise interprétation des textes coraniques ou encore l'injustice dans la répartition des richesses et des chances entre hommes et femmes. Ce sont des freins qui empêchent le pays de suivre une dynamique de progrès. Enfin, n'oublions pas que la promulgation des lois favorables à la promotion des femmes est indispensable pour l'édification d'une telle société. 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents