Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Hakima Bédouani-Kernane - Journaliste

Journaliste - Reporter, diplômée de troisième cycle en journalisme (Université Panthéon/Assas, Paris). Expérience en presse écrite et audiovisuelle. Rédaction : Articles, enquêtes, reportages, interviews, dossiers sur l'actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maghreb, de l'Afrique et du monde arabe. Collaboration : Arabies, Magazine de l'Afrique, African Business, African Banker, CIO Mag.. Contact: hkernane@yahoo.fr


Un homme de terrain

Publié par Hakima Bedouani-Kernane Journaliste sur 20 Novembre 2012, 15:30pm

Catégories : #Politique

Publié dans Arabies, novembre 2012

 img097.jpg

L'Algérie a besoin d'une tranformation pour assurer sa stabilité. Le nouveau Premier ministre, Abdelmalek Sellal, sera t-il l'homme de la situation ?

Prévisible depuis plus d'un an, la nomination d'Abdelmalek Sellal, au poste de Premier ministre n'est guerre une surprise. " C'est une bonne nouvelle, une sorte de bouffée d'oxygène " avoue Nadia, une jeune trentenaire très enthousiaste. " Ce n'est pas une surprise, la rumeur circulait à Alger depuis plus d'un an. En ce qui me concerne je pense que que c'est l'homme du consensus " conclu t-elle. Cela dit, même si le nouveau Premier ministre bénéficie de la confiance d'une bonne partie des Algériens. Il aura, toutefois, la lourde tâche de mener le pays vers plus de démocratie, plus de justice sociale, et cela en instaurant un État de droit. cer, en plus de la redynamisation et la consolidation de l'économie nationale et la progression des acquis sociaux, le nouveau premier ministre doit rompre avec un système politique '' avorté" et redonner confiance aux Algériens en leurs dirigeants politiques.

Nommé Premier ministre le 3 septembre 2012, Abdelmalek Sellal, diplômé de l'École nationale d'administration ( ENA) en 1974, assure poursuivre les réformes engagées par le président Abdelaziz Bouteflika. Considéré comme un grand commis de l'État - pour avoir occupé plusieurs portefeuilles ministrériels, tout comme il a été directeur de campagne de l'actuel président en 2004 et 2009 -, il bénéficie, plus qu'un autre, d'une grande confiance du chef de l'État. 

Homme de terrain et fin négociateur avec les partenaires étrangers, il a pu sortir le pays de sa situation de stress hydrique en quelques années. Grâce aux partenariats stratégiques et fructueux que son ministère a conclu avec les compagnies étrangères pour la construction de grandes infrastructures hydriques - des usines de dessalement d'eau de mer, des barrages et des unités de transfert de l'eau potable dont la mégastation d'in Salah Tamanrasset, inaugurée en mars 2011, qui permet le transfert de l'eau sur 770 kilomètres. Mieux encore, l'expérience algérienne dans le secteur est aujourd'hui citée en exemple lors des rencontres internationales sur le sujet. 

Expérience. Son capital expérience dans l'administration publique est confirmé. Plusieurs fois wali ( des wilayas de Boumerdes, Adrar, Sidi bel Abbes, Oran et Laghouat ) et ministre de l'intérieur, des collectivités locales et de l'environnement (1998-1999), de la Jeunesse et des sports (1999-2001), des Tavaux publics ( 2001- 2002), des Transports ( 2002-2004), et des Ressources en eau ( 2004-2012) -, il a acquis une maîtrise do mode de fonctionnement des institutions publiques nationales. Certaines sources indiquent qu'il fait preuve d'une grande capacité de compréhension et d'une grande rapidité pour le traitement des dossiers. Technocrate, homme de terrain, Sellal est également à l'écart des scandales de corruption. Alors, serait-il l'homme du consensus ? Dans tous les cas, Abdelmalek Sellal a bien confirmé que ses engagements seront, entre autres, de consolider la sphère économique et financière, de promouvoir le développement humain et d'accentuer la moralisation de la vie publique. " Notre objectif est d'accélérer ce qui a été fait. Nous allons également accélérer les réformes politiques et activer les lois, notamment celle de l'audioviseul, et la refonte de la constitution", a déclaré le Premier ministre aux journalistes lors d'un point de presse organisé au lendemain de sa prise de fonction. Ajoutant que le gouvenement va certainement opter aussi pour le rajout de programmes afin de régler certains dossiers qui traînent dans le temps, comme la crise des logements. 

En effet, cette dernière persiste depuis des décennies, malgré le très ambitieux programme de construction de 2,5 millions de logements, lancé par le gouvernement au début des années 2000. " Le reglement de cette crise est la mère des batailles ", explique t-il aux députés présents dans l'hémicycle lors des débats à la fin de septembre 2012. A cet effet, l'une des mesures phares décidées par le Premier ministre pour contenir ce problème récurrent sera l'établissement d'un fichier national du logement qui aura pour objectif de recenser les bénéficiaires et de débusquer les abus. Pour rappel, des dénonciations et des sit-in sont régulièrement organisés par des cotoyens excédés par les abus constatés lors de la distribution des logements sociaux dans les différentes wilayas du pays. 

Pour donner plus de crédibilité aux actions du gouvernement et renforcer l'État de droit, Abdelmalek Sellal mise, dans l'urgence, sur la poursuite de l'amélioration du cadre de vie des citoyens. Le conseil des ministres du 17 septembre a donné le ton. Désormais, le gouvernement sera à l'écoute du citoyen. " Nous allons nettoyer le pays ", a déclaré le Premier ministre. Une phrase désormais célèbre et à laquelle on attribue plusieurs sens. Aussitôt dit, aussitôt fait. Les actions de "nettoyage" de la capitale sont immédiates. L'assainissement de la voirie, l'entretien des espaces verts et la libération des trottoires - occupés par des vendeurs à la sauvette et du commerce informel - sont en cours de réalisation. Il faut dire que le cadre de vie de centaines de milliers d'Algérois n'est guerre enviable : des bennes à ordures qui débordent, des détrituts à même le sol à proximité des immeubles, des marchés et des commerces. Pis encore, la capitale algérienne a été classée parmi les plus sales au monde.

Agenda du gouvernement. Dans le domaine économique, la réforme du code des hydrocarbures est également inscrite dans l'agenda de l'actuel gouvernement. L'objectif étant d'accentuer l'attractivité de l'Algérie en matière d'investissement dans le secteur de l'énergie. Pour rappel, le pays ambitionne notamment d'exploiter les hydrocarbures non conventionnels (gaz de schiste) et de s'engager dans l'exploration offshore. Aussi, pour donner une impulsion aux investissements productifs, des mesures incitatives, comme des facilités fiscales et douanières, seront également accordées aux opérateurs nationaux et étrangers, afin de débarasser l'économie nationale des spéculateurs et des importateurs véreux. 

Le secteur de l'industrie, en attente de relance despuis deux décennies, devrait aussi être pris en compte par l'actuel gouvernement qui envisage d'accorder plus de finances publiques aux secteurs les plus productifs. Pour cela, un observatoire de l'industrie et de la PME sera mis en place au cours du premier trimestre de 2013. " La lutte contre la corruption est irréversible (...). Il faut freiner ce mal qui ronge la société algérienne ", a déclaré le Premier ministre, lors des débats avec les députés, à la fin septembre dernier, à Alger. Cela dit, la lutte contre la corruption, qui gangrène le pays et se banalise, ne peut avoir lieu sans une réforme profonde de la justice. Abdelmalek Sellal promet plus de transparence et de célérité dans le fonctionnement de la justice afin de permettre aux acteurs du secteur d'être plus efficients dans le traitement des dossiers liés aux affaires de corruption. Pour y arriver, le Premier ministre est prêt à accorder plus de moyens, humains et matériels, à l'Office national de la lutte contre la corruption, pour mener des actions plus efficaces et plus rapides contre les corrompus. Lors de son intervention à l'Assemblée nationale, il a précisé qu'il reste " déterminé à poursuivre une lutte implacable et résolue contre la corruption, mais aussi dans le strict respect du principe de la présomption d'innocence ". A cette occasion, il n'a pas manqué de rappeler les chiffres atteints dans cette lutte : 78 affaires ont été traitées par la justice avec 2209 condamnations en 2011 et 510 affaires, au cours du premier trimestre de l'année, avec 712 individus condamnés. 

Messages politiques. Le nouveau Premier ministre pourra t-il lutter contre le système en dix- huit mois avant l'échéance de la présidentielle de 2014 ? Lors de la séance plénière consacrée à la période à la période des réponses aux intérrogations des députés de l'Assemblée nationale, Abdelmalek sellal a lancé des messages politiques. Positionné au centre des jeux du pouvoir, il assure qu'il va créer un observatoire entre les pouvoirs publics et les citoyens. " J'invite tous les citoyens à placer leur confiance en nous et à nous donner l'occasion de poursuivre le travail. Nous ne ménagerons aucun effort pour être à la hauteur de cette confiance et celle dont nous a investis le président de la République ", a t-il déclaré avec détermination au lendemain de sa nomination. La confiance envers les poltiques, rompue mais tellement espérée par des millions d'Algériens, pourrait-elle renaître de ses cendres grâce au pragmatisme et à l'efficacité du nouveau Premier ministre ? Une chose est sûre, les Algériens ont envie d'y croire. 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents